« Mais bon sang, qui est responsable? »

Lors de la séance d’ouverture du cycle 2010-2011 de Philosophie et Managment à Bruxelles, j’ai été convié à présenter un sujet sur l’éthique du CEO. La vidéo de cette présentation est disponible à l’adresse suivante.
 
Vous trouverez une transcription de la présentation sur notre site et sur le site de Philosophe et Management. J’ai également inclus les premiers paragraphes juste en dessous.
 
Je vous invite enfin à parcourir l’ensemble du contenu du séminaire de cette année.
 
Extrait:
 
 Pour centrer le débat, je voudrais d’abord vous donner la définition de l’éthique. A l’origine, il n’y a pas de distinction entre morale et éthique puisque « ethos » en grec a été traduit par « mores » en latin. C’est le cours de l’histoire et notamment la philosophie particulière de Spinoza qui a introduit une distinction.

La morale consiste dans le respect des règles. Dans une entreprise, respecter l’objectif moral serait de respecter ce qui est écrit dans le code d’éthique ou de conduites.

L’éthique est la prise de conscience de la responsabilité que nous avons à mettre en pratique les règles. Dans l’entreprise, cela doit nécessairement impacter la notion de leadership. Prenons l’exemple du feu rouge. Est-ce que je m’arrête au feu rouge parce que la loi me dit de le faire ? Auquel cas j’ai un comportement moral exemplaire. Est-ce que je m’arrête au feu rouge parce que j’ai conscience de la responsabilité que j’ai à ne pas mettre en danger ma propre vie et celles des autres. Auquel cas, j’ai là un comportement éthique exemplaire. Je peux donc avoir un comportement moral exemplaire sans avoir un comportement éthique exemplaire.

Quel est l’impact de cette distinction sur l’entreprise ? Lorsque j’ai une décision à prendre en tant que dirigeant ou manager, si je veux la prendre d’une manière éthique, je dois nécessairement me poser la question de ma responsabilité personnelle et de l’impact de ma décision sur les autres parties prenantes (actionnaires, clients, collaborateurs, fournisseurs et autres…). C’est de cette façon que l’on peut envisager de traiter de manière très pragmatique la notion des codes d’éthique et de code de conduites dans les entreprises.

Pourquoi les entreprises vont-elles de plus en plus aujourd’hui vers la dynamique de l’éthique ? Pour les grandes entreprises cotées sur le marché, cela est imposé. On l’a vu dans le résultat du questionnaire avec la mention du risque de réputation. Mais la mise en pratique de l’’éthique dans l’entreprise dépend également de la volonté du dirigeant. En effet, on peut rarement mettre en place une dynamique éthique (une culture d’entreprise reposant sur des valeurs humaines fortes) si le dirigeant lui-même n’y croit pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s