LES PETITS MOUCHOIRS, un film de Guillaume Canet

Après la séance , j’ai eu envie d’exprimer mes sentiments sur ce film d’une réalité criante sur l’existence, la vie et la mort, la joie et la tristesse, l’amour et l’égoïsme…mais également sur la peur profonde de chacun de nous à ne pas vouloir regarder la réalité en face parce que celle-ci a quelque chose de trop dur, de trop désespérant.

Je formule la question qui nous est posée au fond à travers ce film de cette manière : comment avons-nous le courage d’affronter la peur de notre propre mort sans nous mentir à nous-mêmes, sans mentir aux autres, de manière à ce que notre peur ne vienne pas parasiter nos décisions et nos comportements de tous les jours ?

Personnellement lorsque j’étais visiteur de malades à l’hôpital, dans le cadre de ma maîtrise en théologie, j’ai été confronté dans l’accompagnement des mourants, à ce que l’on appelle la phase du miroir ; il s’agit d’une première étape à dépasser qui consiste à accepter de voir dans l’autre sa propre mort. C’est un moment d’angoisse difficile qui, une fois traversé, permet de regarder la vie avec plus d’humour et d’optimisme. Je vous engage donc vraiment à aller voir ce film.

2 réflexions au sujet de « LES PETITS MOUCHOIRS, un film de Guillaume Canet »

  1. FAUVEL

    Bonjour,
    J’ai vu ce film, tout en délicatesse, malgré le jeu quelque peu outrancier du génial François Cluzet en flippé chronique. On pleure à la fin, devant la capacité à pardonner par amitié, et ce malgré des différence apparament irréconciliables. on voit également un Jean Dujardin à contre emploi, défiguré et inactif, sauf par séquence.
    Après une telle séance, on se prend à avoir envie de voir ses propres obsèques, pour saisir à quel point l’amour ou l’amitié peuvent être fort au delà de la mort. Sans doute, est-ce un travail à entreprendre avant qu’il ne soit trop tard… Pour aimer sans modération, mais avec justesse.

    Répondre
  2. veronique

    bonjour Emmanuel,
    j’ai beaucoup aimé ce film pour le jeu des acteurs plus que pour l’histoire. La question qui moi m’a frappée en sortant est la suivante : La génération des 35/40 ans est elle aussi paumée et coincée entre ses peurs : refus de l’engagement, mort… Je me dis que ce film est néanmoins une caricature de certaines personnalités mais qui ne sont pas strictement représentatives de toute une génération… incorrigible optimiste ? Pour un autre bon moment de cinéma je recommande : NO et MOI 4 ième film très réussi de Zabou Breitman.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s