JÉSUS : l’attitude d’un leader

Jésus ou l’exemple de l’attitude d’un leader qui permet de préparer et de conduire le changement de manière responsable.

Jean 6/60-61
Après l’avoir entendu, beaucoup de ses disciples dirent : « Elle est dure cette parole ! Qui peut l’écouter ? ». Mais, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce propos,
Jésus leur dit : « Cela vous scandalise… »

Je trouve ce passage de l’évangile de Jean extrêmement instructif pour ce qui concerne la notion de leadership.
Avant le verset 60, Jésus avait annoncé la réalité de la passion (la crucifixion) qu’il allait vivre et que les disciples allaient devoir vivre avec lui. Ils devaient traverser une épreuve qu’ils ne voulaient absolument pas voir survenir, c’est-à-dire subir un changement de vie qui ne leur plaisait pas du tout.
Pourtant la vérité est qu’ils devront accepter ce nouvel épisode difficile de leur vie afin d’accomplir la mission qui leur sera donnée, après la mort et la résurrection de Jésus, d’annoncer la bonne nouvelle (évangile) à l’humanité. Cette bonne nouvelle est que l’humanité est désormais libérée du péché originel, elle peut enfin, si elle en prend conscience, passer de la culpabilité à la responsabilité.
Alors les disciples doivent accepter que Jésus ne sera plus à leur côté pour les accompagner.
Ils sont donc confrontés à une vraie conduite du changement de leur vie. Ils devront annoncer la bonne nouvelle sans la présence à leur côté de leur leader « Jésus » en qui ils avaient une confiance absolue. Ils auront eux-mêmes à devenir leader.
Jésus accomplit ainsi avec son équipe (disciples) un acte de leadership responsable qui va permettre la conduite du changement et la réussite de la future mission de ses disciples. Pour les préparer au changement, ces paroles sont dures, elles scandalisent même les disciples.
« Elle est dure cette parole ! Qui peut l’écouter ? » Jésus ne cache pas la vérité à son équipe, il présente aux disciples la réalité de la situation à laquelle ils seront confrontés.
Il sait que ces paroles les scandalisent : après la mort et la résurrection de Jésus, ils seront seuls et ils devront accomplir la mission qui leur est donnée. Or les disciples ne pourront accepter cette situation qu’à deux conditions : accepter la réalité et garder en mémoire leur relation à Jésus. Pour cela Jésus, en tant que leader, livre les deux clés qui seront les conditions de la réussite de la conduite du changement pour les disciples.

  • Première condition : Jésus leur expose la vérité ; la réalité est dure à accepter mais Jésus, en tant que leader, ne cache pas la difficulté, il ne se ment pas à lui-même et il ne ment pas à son équipe. Il faudra que lui-même vive et accepte la passion mais que les disciples également la vivent, l’acceptent et accomplissent ensuite, sans lui, leur mission. Cela signifie donc que pour traverser le changement, il faut accepter de souffrir un peu avec soi-même et avec les autres… et cela peut prendre du temps.
  • Deuxième condition : Jésus transmet un rite à son équipe qui leur permettra de faire mémoire de la mission qui leur a été donnée et de maintenir la confiance en eux-mêmes alors que leur leader ne sera plus présent parmi eux. Ils partagent le vin (symbole du sang de la crucifixion) et le pain (symbole du corps de Jésus crucifié). Le rite du vin et du pain est le symbole du partage entre les disciples (l’équipe) qui aura pour fonction de rappeler à la mémoire des disciples qu’ils ont pour mission d’annoncer que l’humanité doit maintenant passer de la culpabilité à la responsabilité. Cela signifie donc que pour traverser le changement et maintenir la confiance nécessaire à la réussite de la conduite du changement, Jésus crée un rite porteur de valeurs humaines fortes qui permet de partager et de maintenir en mémoire le sens de la mission.

L’attitude de Jésus nous interpelle donc en tant que leader responsable : comment faisons-nous la vérité avec nous-mêmes et avec les autres ? Comment nous assurons-nous que la mission que nous conduisons est porteuse de valeurs et de sens pour nous-mêmes et les autres ? Quels sont les rites que nous mettons en place pour maintenir la confiance et le partage de valeurs humaines responsables fortes pour réussir le changement ?Comment transmettre du sens à son équipe afin d’atteindre les résultats financiers sans détruire la relation humaine? Comment définir son propre modèle de leadership?

IECG : la place de l’homme dans l’entreprise. J’ accompagne les membres des conseils d’administration et les comités de direction des entreprises dans la mise en oeuvre opérationnelle d’un modèle de leadership responsable cohérent avec leur stratégie et leurs valeurs, qui sache concilier le succès économique et la réussite humaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s