2018 : la fin des illusions, la décision de l’espérance

English version below – Versione italiana sotto

Résultat de recherche d'images pour "image espérance"

2018 : la fin des illusions, la décision de l’espérance

Je travaille depuis plus de 15 ans dans le monde de l’entreprise. Lorsque j’ai quitté le milieu universitaire où j’enseignais l’éthique sociale, économique et politique, mes collègues m’ont dit : « tu pars dans le monde des affaires pour appliquer les principes que tu enseignes ? Mais il n’y a pas d’éthique dans le monde des affaires, il n’y a que l’argent qui compte ». Un beau décalage a priori entre la théorie et la pratique. J’étais profondément convaincu du contraire.

Je dois donc dire que je ne les ai pas crus et, avec 15 ans d’expérience internationale désormais, je peux témoigner qu’ils n’avaient pas raison mais qu’ils n’avaient pas tort non plus. La conduite de l’entreprise est un art, celui de résoudre les paradoxes et les contraires permanents. L’entreprise répond à une logique de performance financière sans laquelle il est impossible de développer les activités et de créer des emplois. La problématique de l’éthique appliquée aux affaires est aujourd’hui, non pas une nécessité, mais une contrainte réglementaire. La plupart des dirigeants n’ont toujours pas compris qu’ils pouvaient faire de l’éthique un avantage compétitif. Ne nous faisons donc pas d’illusions et ne pratiquons pas la langue de bois, l’éthique en entreprise demeure encore aujourd’hui, en général, un artifice qui permet d’embellir les rapports financiers annuels ou de satisfaire l’ego de certains dirigeants. Cette contrainte imposée est de deux ordres : les États-Unis en sont à l’origine pour favoriser les prises de marchés par les entreprises américaines ; elle a pour objectif de limiter la satisfaction de l’égoïsme immédiat des dirigeants qui voudraient gagner beaucoup d’argent sur des stratégies de court terme.

J’ai la chance de travailler avec des conseils d’administration et des comités exécutifs qui croient en la mise en cohérence des décisions avec la stratégie de l’entreprise et les valeurs humanistes. Mais là aussi, ne nous faisons pas d’illusions, cela ne signifie pas que l’égoïsme n’est pas présent, c’est un comportement humain naturel qui répond à l’angoisse de mort biologique et à la sécurité primaire de l’être humain. Il est donc présent mais d’une manière différente. Il trouve un équilibre avec l’intérêt collectif. Je remarque également un bel écart entre les dirigeants exécutifs et les dirigeants propriétaires, les premiers « jouant » avec l’argent des autres et les seconds, avec leur propre argent. La conscience de la responsabilité, en tant que conséquence de l’impact des décisions sur les parties prenantes de l’entreprise sur le moyen-long terme, est bien plus forte chez les dirigeants propriétaires, car leur patrimoine personnel est directement mis en question. Dans tous les cas, la démarche concrète de mise en œuvre de l’éthique dans l’entreprise est dépendante de la ou du PDG de l’entreprise.

Même si nous restons profondément égoïste (la fin des illusions), ma propre expérience démontre qu’il existe des dirigeants qui croient en l’humanisme. Nous avons donc de quoi espérer. Et c’est ce que je vous propose pour l’année 2018 : décider l’espérance. Le courage est une décision qui permet de dépasser ses peurs. L’espérance est la vertu qui permet de mettre ce courage en acte. L’humanisme est possible, cela ne dépend que de nous, mettons nos forces ensemble !

 

2018 : The end of illusions and a decision of hope

I have now been working for over 15 years in the corporate world. When I left the university world where I taught social, economic and political ethics, my colleagues said to me: « Are you going into the business world to apply the principles you teach? But there are no ethics in the business world, only money counts ». A huge gap it would seem between theory and practice. I was deeply convinced of the contrary.

So I have to say that I did not believe them and now with my 15 years of international experience, I can testify that they were not right however they were not totally wrong either. Driving a business is an art, that of solving paradoxes and permanent opposites. The company has to respond to a logic of financial performance without which it would not be possible to develop its activity and create jobs. The problem of ethics applied to business is today, not a necessity, but a regulatory constraint. Most leaders still do not understand that they can turn ethics to their favor in making it a competitive advantage. So let’s not delude ourselves and start double-talking. Generally speaking, ethics in business today, is an artifice that can embellish the annual financial reports or satisfy the ego of certain leaders. This forced constraint comes in two kinds: the United States being at the origin in favoring the taking of markets by the American companies and its aim to limit the satisfaction of immediate selfishness of leaders wishing to make a lot of money on short-term strategies.

I am fortunate to work with company boards and executive committees that believe in making decisions which are consistent with company strategy and humanistic values. But here too, let’s not delude ourselves, it does not mean that selfishness is not present, it’s a natural human behavior that responds to the anxiety of the biological death and primary safety of the human being. It is present, though in a different way. It finds a balance with the collective interest. I also notice a big gap between executive directors and owner directors, the former « playing » with other people’s money and the latter, with their own money. Awareness of responsibility, as a consequence of the impact of decisions on the company’s stakeholders in the medium to long term, is much stronger among the owners, as their personal wealth is directly questioned. In any case, the concrete approach of implementing ethics in the company is dependent on the directorship whether executive or owner.

Even if we remain deeply selfish (the end of illusions), my own experience shows that there are leaders who believe in humanism. We have something to hope for. And that’s what I put forward for 2018: decide for hope. Courage is a decision that allows you to overcome your fears. Hope is the virtue that makes it possible to put this courage into action. Humanism is possible; it depends only upon us, to harness our strength together!

  

2018: la fine delle illusioni, la speranza come scelta

Lavoro da più di quindici anni con le aziende. Quando lasciai l’ambiente universitario dove insegnavo etica sociale, economica e politica, i miei colleghi mi dissero: “vorresti applicare i principi che insegni nell’ambito degli affari? Non esiste etica in questo mondo, conta solo il denaro”. A priori una bella distanza tra teoria e pratica. Personalmente, ero profondamente convinto del contrario.

Non ho creduto ai miei colleghi, e, dopo ormai quindici anni di esperienza internazionale, posso testimoniare che non avevano del tutto ragione ma nemmeno completamente torto. La gestione di un’impresa è un’arte, che consiste nel risolvere paradossi e contraddizioni permanenti. L’impresa, in sé, risponde ad una logica di prestazione finanziaria senza la quale è impossibile sviluppare le varie attività e creare impiego. Detto ciò, le problematiche legate all’etica applicata agli affari sono oggi, non solo una necessità, ma un obbligo regolamentare. La maggior parte dei dirigenti non ha ancora capito che potrebbe fare dell’etica un vantaggio competitivo. Non ci facciamo dunque alcuna illusione ed evitiamo ogni retorica: l’etica in azienda è ancora oggi, in linea generale, un artificio che permette di “abbellire” i rapporti finanziari annuali o di soddisfare l’ego di alcuni dirigenti. Questo codice etico imposto ha due particolarità: prima di tutto gli Stati Uniti ne hanno dato origine per favorire l’immissione sul mercato delle loro aziende; secondariamente ha come obiettivo limitare la soddisfazione dell’egoismo immediato dei dirigenti, che vorrebbero guadagnare molto denaro sulle strategie a corto termine.

Ho la fortuna di lavorare con consigli di amministrazione e comitati esecutivi che credono nella messa in coerenza delle decisioni con la strategia d’azienda e i valori umanisti. Ma, anche qui, cerchiamo di non prendere un abbaglio, l’egoismo è comunque sempre presente, è un comportamento naturale che risponde all’angoscia della morte biologica e alla sicurezza primaria dell’essere umano. Questo egoismo è però presente in un modo diverso: è più in equilibrio con l’interesse collettivo. Ho sempre notato un’enorme differenza tra i dirigenti esecutivi e proprietari, i primi “giocano” con denaro di altri, mentre i secondi con il proprio. La coscienza di responsabilità e l’impatto delle decisioni sulle altre parti in causa nell’azienda, sia sul medio che lungo termine, è ben più forte presso i dirigenti proprietari, poiché il loro patrimonio personale è direttamente coinvolto. In ogni caso, il percorso concreto di messa in pratica dell’etica dipende da il o la PDG dell’azienda.

Anche se restiamo profondamente individualisti (la fine delle illusioni), la mia esperienza dimostra che esistono dei dirigenti che credono nell’umanesimo. Abbiamo dunque di che sperare, ed è ciò che vi propongo per l’anno 2018: scegliere la speranza. Il coraggio è una decisione che permette di sorpassare le proprie paure. La speranza è la virtù che consente di mettere in atto il coraggio. L’umanesimo è possibile, non dipende che da noi, uniamo le nostre forze!

 

 

 

16 réflexions au sujet de « 2018 : la fin des illusions, la décision de l’espérance »

  1. Becker Luc

    Merci pour cet article et l’humanisme qu’il contient.

    Il est hélas bien difficile de le faire comprendre à quelques CEO qui ne voient que par le rendement financier immédiat.
    Leur aveuglement ne cesse de me surprendre et me fait bien sentir qu’au titre de « lambda », je suis totalement inaudible.

    Cordialement
    L. Becker

    PS. Un bonjour de mon neveu Frank.

    Répondre
    1. Emmanuel Toniutti Auteur de l’article

      Oui je suis d’accord avec vous mais il faut continuer à croire et à transmettre nos valeurs humanistes. Je suis prêt à inviter votre CEO à une conférence :-) ou voyons ensemble comment lui en parler et lui présenter le sujet
      Cordialement
      Emmanuel ToniuttiBonjour à Frank

      Répondre
  2. Yves Bovay

    Il ne faut pas désespérer ! Il y a 15 ans, lorsque j’ai prôné l’application des principes du développement durable au sein de mon entreprise, j’ai eu la chance d’avoir un patron réceptif, car le comité de Direction ne l’était pas vraiment. Aujourd’hui. les principes du développement durable sont reconnus comme élément de différenciation et deviennent même (trop lentement) incontournables. L’éthique y est par ailleurs en partie inclue.
    Je suis persuadé que l’éthique deviendra également une valeur incontournable d’ici peu… il en va de la survie des sociétés… Pensons à VW par exemple!
    Amicalement.
    Yves Bovay

    Répondre
  3. Yvon Brousseau

    Les valeurs de l’humanisme (incluant l’éthique) sont-elles suffisantes? En ce moment de bascule où l’Humanité est à l’entrée de la maîtrise de l’Intelligible de la création.

    Au XVIIe siècle, les Humains ont scellé le divorce entre la Nature et l’Esprit. Il s’y est installé le dualisme antagoniste d’un matérialisme conquérant (Technosphère/Argent) d’un côté et de l’autre côté l’Intelligible (Noosphère/Imagination) qui est la source de la Connaissance des « Comment ? » et de la Conscience des « Pourquoi ».

    Mon espérance est l’avènement d’une « Réconciliation » laquelle sera la voie de passage à la perspective de ce dualisme soutenu à partir des résultats fulgurants des expériences scientifiques des Connaissances des phénomènes locaux, linéaires et simples (Simplicité) et de la multiplicité des niveaux de Conscience en mesure de maîtriser les perspectives des phénomènes globaux, multidimensionnels et complexes (Complexité) engendrés par les expériences mystiques.

    C’est pourquoi je perçois que nous devons migrer de l’injonction « connais-toi toi-même » de l’Humanisme à l’injonction « Imagine-toi toi-même » pour découvrir l’antidote à une existence vide de sens et d’autorité dans lequel nous pataugeons depuis …

    Référence: https://goo.gl/p8QRwV

    Répondre
    1. Eric FROMANT

      C’est dans la 2ème moitié du 18ème siècle que la science a été détournée pour en faire un instrument antireligieux, oubliant que l’absence de preuve ne valait pas preuve de l’absence. Au 19ème siècle, le matérialisme s’est installé sur cette base. Aujourd’hui, grâce aux EMI (expériences de mort imminentes), la science démontre que l’au-delà existe et que ses caractéristiques sont copie conforme de la parole de Jésus.
      Le livre d’Eben Alexander, La preuve du paradis, a été numéro 1 des ventes aux Etats-Unis, En France, il n’est connu que par le bouche à oreille, mais il fait son chemin, après les textes d’Elisabeth Kübler, de Raymond Moody.
      A nous de répandre ce message !

      Répondre
    2. Emmanuel Toniutti Auteur de l’article

      Je trouve ton article excellent Yvon.
      Le gros enjeu de futur est comment nous concilierons Intelligence Artificielle #IA et Intelligence Humaine #IH
      La réconciliation dont tu parles a ici tout son sens mais je ne vois pas comment nous pourrions nous imaginer nous-mêmes si nous ne nous connaissons pas nous-mêmes. Ma vision est que nous devons combiner les deux pour une vision éthique de notre humanité.

      PS Je ne pourrais malheureusement pas passer à Québec fin février, aurais-tu la possibilité d’être à Ottawa ?

      Répondre
      1. Yvon Brousseau

        Je te remercie d’avoir pris le temps de lire l’article.

        À ton questionnement, je pose l’hypothèse que l’aperception de l’Intelligible est accessible par la puissance créative de l’imagination générant les « Pourquoi/Sens » de l’injection « Imagine-toi toi-même » qui est la voie de passage prioritaire à la maîtrise des « Comment » du principe de raison du « Connais-toi toi-même ».

        De là, je crois que l’Humanité pourra s’affranchir des spiritualités dogmatiques basées sur des croyances illusoires et traverser le pont de l’espérance vers la co-création d’une nouvelle manière d’associer Fraternité, Pouvoir et Temps.

        P.S. Pour une éventuelle rencontre à la fin de février, je te propose que nous échangions par courriel concernant la logistique yvon@akkatech.com

  4. Eric FROMANT

    Bonjour Emmanuel,
    Et merci pour ces écrits profonds qui nous changent de la superficialité du quotidien !
    Pour apporter un complément que chacun jugera, je dirais que les temps changent parce que tout système provoque sa propre mort par ses excès. Nous changeons d’époque parce que l’utopie du village mondial est morte, remplacée par une nouvelle époque qui s’installe avec un équilibre entre le rétrécissement du monde lié à la révolution des transports et des TIC et la nécessité de ne pas nier les identités, concrétisée par de grandes zones homogènes sur le plan socioculturel, ce que ne pouvait pas être le village mondial, car celui-ci n’était qu’un rassemblement de consommateurs déculturés. Nous changeons d’époque parce que le long terme, qui était un gros mot dans les années 90, revient au premier plan des préoccupations de ceux qui pensent vraiment, au-delà du trimestre.
    Je m’appuie pour cela sur deux personnes clés et emblématiques. D’une part Klaus Schwab, président fondateur du Forum économique mondial. Dans un article publié en mars de cette année (https://www.weforum.org/agenda/2017/03/klaus-schwab-new-narrative-for-globalization) il dénonce « l’extrémisme du marché, devenu un carburant toxique pour la croissance mondiale, générant des effets secondaires qui ne sont plus tolérés par de larges parties de la société ». Il rappelle dans cet article, qu’il avait déjà prévenu de cela et il dit que continuer cette politique, ces excès, est suicidaire. Il dit que si la mondialisation a sorti un milliard d’hommes de la pauvreté, elle n’est plus adaptée à nos objectifs ».
    D’autre part, Lawrence Fink, patron de BlackRock, un fonds qui gère 6.000 milliards de dollars ! Dans une lettre publiée en décembre 2016, il demandait aux patrons des entreprises dans lesquelles il avait investi, de rompre avec » l’hystérie » du dividende trimestriel et de « se calmer » sur le versement des dividendes et autres rachats d’actions. Dans une nouvelle lettre datée de janvier 2018 (https://www.blackrock.com/corporate/en-us/investor-relations/larry-fink-ceo-letter), il recommande à ces mêmes grands patrons, de réintroduire le long terme dans leur stratégie, de ne considérer le court terme que comme une subdivision du long terme, et de développer une action qui tienne autant compte des aspects sociaux et environnementaux que financiers.
    Après les excès, on revient toujours aux fondamentaux.

    Répondre
    1. Emmanuel Toniutti Auteur de l’article

      Bonjour Eric, je partage bien évidemment ton constat.
      Je m’interroge toujours sur le #WEF de @Davos qui, malgré les bonnes intentions et les bons messages de son fondateur, dont tu indiques l’article dans ton commentaire, a très peu d’impact pragmatique sur la création d’un monde meilleur par nos leaders. Des discours toujours des discours mais peu de mise en application.
      Oui il faut revenir à l’éthique et à l’humanisme, car après la crise financière de 2008 vient la crise sociale qui peut amener le pire.
      Merci

      Répondre
  5. Didier Godel

    Bonjour Emmanuel,

    Article intéressant où transpirent vos convictions et votre énergie. Bravo pour cela !

    Personnellement j’ai toujours un peu de gène avec le terme « humanisme », tant il est mis à toute les sauces. Pour certains, c’est le nouvel entre-soi bobo à la mode. On en entend beaucoup s’exprimer dans les médias. Pour d’autres c’est une réelle volonté de re-prioriser la recherche du bien commun, sans se prendre pour Dieu, mais clairement pour lutter contre le relativisme, le matérialisme et l’individualisme qui gangrènent le monde. Le1er groupe n’a pas d’intérêt et ne changera strictement rien aux travers du monde.

    Cdlt.

    Répondre
    1. Emmanuel Toniutti Auteur de l’article

      Bonjour Didier, merci pour votre commentaire.
      Je partage votre avis et il est vrai que l’on emploie le mot humanisme à tort et à travers.
      Il est urgent de réhabiliter son sens originel pour lui donner toute sa vigueur en correspondance avec le temps présent.
      Cordialement

      Répondre
  6. Haertig Olivier

    Certes, le formatage libéral légitime et stimule les égoïsmes, mais la quête de sens demeure au plus profond de l’homme et même des dirigeants. Je suis donc plutôt confiant pour un sursaut humaniste. Le pire est que l’éthique soit devenu un business juteux pour les avocats new yorkais. C’est une arme utilisée par le « soft » power américain pour chasser les entreprises non américaines des marchés qui les intéressent. Cette dévaluation de l’éthique est proprement insupportable. C’est le visage odieux du puritanisme marchand. Désignons cette imposture.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s